Foire Aux Questions

Il n’y a pas de questions stupides, certaines peuvent paraître naïves, mais quand on pratique l’hypnose dans un but thérapeutique, il faut savoir répondre à n’importe quelle question assez rapidement et assez simplement. N’oublions pas que ces questions cachent parfois des résistances ou des peurs, comme parfois elles peuvent aussi montrer l’intérêt et la motivation. Ne laissons pas les premières perdurer et les secondes s’éteindre.

Voici quelques unes des questions les plus courantes. Comme toute bonne F.A.Q., cet article sera complété au fur et à mesure que les questions arrivent. Comme toute mauvaise F.A.Q., il n’y aura aucune organisation logique dans la présentation des questions.

Est-ce que tout le monde est hypnotisable ?

Personne ne connait tout le monde, il est donc difficile de répondre de manière absolue. De même, on comprendra qu’une personne dans le coma ne va pas être très sensible au suggestions, donc, encore une fois, il est difficile de répondre de manière absolue. Toutefois, l’avis de tous les hypnotiseurs, car il n’y a qu’un avis clinique qui peut être donné est : oui, tout le monde est hypnotisable pour le peu que tout le monde accepte de tenter l’aventure. En effet, une personne qui dira : « Ca va pas non, je ne veux pas qu’on fasse ce genre de trucs avec moi ! », ne sera pas hypnotisable car elle ne se prêtera pas au jeu, tout simplement. Sinon, que tout le monde soit hypnotisable ne veut pas dire que tout le monde soit hypnotisable facilement. Quelqu’un qui se prête au jeu peut avoir des résistances de toutes sortes, des inquiétudes qui les retiennent d’accepter d’emblée le processus hypnotique. Les bons hypnotiseurs, eux-mêmes, sont parfois difficilement hypnotisables parce qu’ils observent la technique de l’autre et n’arrivent pas à se détacher de leur analyse. Cependant, avec du temps, avec du travail sur les résistances, tout le monde est hypnotisable. Maintenant la question est de savoir s’il est utile de passer 50 heures avec une personne pour réussir à l’hypnotisée ? Dans un cadre thérapeutique, la réponse est franchement non, les TCC sans hypnose seront efficaces plus rapidement. L’hypnose doit être une aide, pas un frein.

Est-ce que tout le monde peut apprendre à hypnotiser ?

Encore une fois, ne connaissant pas tout le monde, et considérant qu’un nourrisson de deux jours fait partie intégrante de tout le monde, répondre de manière absolue est impossible. Sinon, oui, tout le monde peut apprendre à hypnotiser. Il n’est pas question d’un phénomène magique, il est question d’un processus naturel que l’on apprend à maîtriser. Maintenant, l’hypnose est un peu comme le piano, comme le dessin, comme le foot, la pétanque, le chant… tout le monde n’a pas les mêmes dispositions. Nous pouvons tous apprendre à jouer du piano, avec assez d’entrainement, nous pourrons même animer des soirées familiales en accompagnant quelques chansons, est-ce que pour autant, même avec un travail acharné nous serons tous capables de jouer la Toccata de Bach sans une fausse note devant 5000 personnes et de leur faire monter les larmes aux yeux ? Certains sont plus doués, certains ont plus de facilités, certains ont l’oreille absolue et d’autres non. En tout cas, tout le monde peut apprendre à hypnotiser, pour utiliser l’hypnose en thérapie, il faut aussi et d’abord avoir une formation en thérapie. On sera plus ou moins à l’aise avec l’outil, mais on saura l’utiliser sans erreur.

Faut-il croire en l’hypnose pour être hypnotisé ?

L’hypnose n’est pas une question de croyance. Il n’est pas question de croire ou non en l’existence du soleil, le soleil existe, on le voit, on le sent, on le sait, pour l’hypnose c’est la même chose. De plus, même si tous les scientifiques qui s’y intéressent, ne décrivent pas le phénomène de la même façon. Même si la science elle même, dans son ensemble, n’apporte pas encore de réponse unanime et convaincante à ce qu’est l’hypnose, à ses origines tant phylogénétiques que neurologiques, aux processus réellement mis en oeuvre. L’hypnose est reconnu depuis longtemps comme quelque chose de concret au niveau scientifique, avec de multitudes de preuves à l’appui. On ne sait toujours pas exactement ce qu’est un trou noir, mais on sait que les trou noir existent.

Est-ce que l’on peut rester bloquer sous hypnose ?

En aucun cas. Parfois il est difficile pour quelqu’un de sortir de transe, parce qu’il se sent bien dans cet état et n’a pas réellement envie de le quitter, mais avec le temps, il en sortira quoi qu’il arrive. En gros, la possibilité après une induction de faire des suggestions à une personnes, va durer entre quelques minutes et quelques heures, selon l’hypnotiseur, ses techniques d’induction, la personne qui accepte l’induction. Passé ce délai, il n’y a plus d’état hypnotique. D’ailleurs, il faut aussi considérer que la personne hypnotisée est quelque part, celle qui décide de la durée possible de son état de transe. En ce sens, vous aurez beau être en transe profonde, déconnecté.e de la réalité, si d’un seul coup quelque chose vous alerte sur un incendie possible, comme une sirène, une odeur de fumée, un crépitement, vous sortirez automatiquement et instantanément de transe et vous prendrez vos jambes à votre cou. C’est un peu comme cette mère qui arrive à s’endormir (parce qu’elle est fatiguée, pas parce qu’elle a bu) dans le fauteuil alors qu’il y a une fête chez elle. Rien ne la perturbe autour d’elle, ni les conversations ni la musique, ni les rires. Dans la pièce à côté, son enfant se réveille et se met à pleurer. Personne d’autre peut être n’entendra l’enfant, mais sa mère se réveillera à son tour et ira s’occuper de lui. Même en dormant nous gardons un seuil de vigilance et nous portons attention à des indices qui peuvent nous faire sortir instantanément du sommeil. C’est la même chose sous hypnose.

Est-ce que l’hypnose a des cotés dangereux ?

Clairement oui. Tout ce qui peut le bien, peut aussi le mal. Vous pouvez vous sentir très angoissé sous hypnose et revenir de transe dans un état très désagréable. Un hypnotiseur doué et malhonnête peut s’emparer de votre carte bleue et vous demander son code alors que vous êtes sous hypnose. Il peut même vous demander d’oublier momentanément qu’il l’a fait. Le temps pour lui d’aller au premier distributeur d’argent et de vous dévaliser. La personne hypnotisée fait confiance, sinon elle n’entrera pas en transe et faire confiance, même si c’est une bonne chose, c’est accepter le risque d’être déçu.e ou abusé.e. Cependant, même s’il existe quelques affaires suite à des séances d’hypnose, ce n’est pas monnaie courante. Un bon hypnotiseur saura faire en sorte que les sorties de transes soient agréable, que les séances se passent bien. Un hypnotiseur psychothérapeute, d’autant plus formé en hypnose et TCC, n’a rien à faire de la carte bleue de ses patients, s’il voulait gagner sa vie en volant de l’argent sous hypnose, il le ferait en ne donnant ni son identité, ni ses coordonnées. Les personnes formées en hypnose et TCC par UMEO sont des psychothérapeutes psychologues ou médecins qui se doivent de respecter d’une part l’éthique de le profession et qui s’impose l’éthique de la pratique de l’hypnose en psychothérapie.

Est-ce je peux arrêter de fumer sous hypnose ?

Clairement non, mais oui, c’est possible. D’une part, l’hypnose n’est pas quelque chose de magique, c’est juste le manque de réponses scientifiques qui lui laisse encore quelques aspects qui dans le sens commun peuvent ressembler à de la magie. D’autre part, on arrête de fumer uniquement parce que l’on a la motivation d’arrêter de fumer, que cette motivation vienne d’une raison ou d’une autre, plus ou moins bonne, plus ou moins intrinsèque. En ce sens quelqu’un qui a la motivation nécessaire pour arrêter de fumer pourra aller consulter n’importe quel hypnotiseur, qui ne parviendra peut être même pas à lui faire une induction hypnotique, et en sortant de la séance, il arrêtera de fumer. Une transe hypnotique maîtrisée peut même dégoûter du tabac pendant quelques heures, voir quelques jours est sera donc une aide non-négligeable. Cette personne motivée aurait pu se mettre un patch de nicotine et arrêter aussi facilement. Elle aurait pu consulter un moine tibétain et se sentir aidée par les vibrations de ses gongs. Sans cette motivation, rien n’aurait fonctionné et une personne qui croit juste que consulter un hypnotiseur lui permettra d’arrêter de fumer sans avoir envie réellement d’arrêter de fumer, grillera une cigarette en sortant de la séance. Elle la trouvera peut être dégoutante, mais ça ne l’empêchera pas d’en griller une deuxième. Les TCC permettent de travailler cette motivation, l’hypnose, parfois peut être utile dans ce travaille de motivation. L’hypnose peut aussi être le petit coup de pouce qui permet de passer à l’acte, de faire face aux premiers symptômes du syndrome de manque, mais c’est avant tout un travail de la personne elle-même sur le long terme qui lui permettra de faire face à ses addictions.

Est-ce que l’on peut hypnotiser des animaux ?

A part l’être humain ? C’est difficile à dire. Il semble que d’autres espèces animales soient capables de dissocier, de là à dire qu’elles sont hypnotisable c’est autre chose. Rappelons que le phénomène d’hypnose repose sur la suggestion et son acceptation. Comment suggérer quelque chose à un chien ou a une poule ? Comment ce chien ou cette poule vous fera le rapport de sa transe ? Seule preuve que le phénomène hypnotique a réellement eu lieu. Pour notre part, laissons à Hans la capacité de commander aux rats et aux enfants en jouant des airs hypnotiques sur sa flûte, et concentrons nous sur l’être humain qui peut bénéficier des bien-faits de l’hypnose en psychothérapie/TCC.

Est-ce que l’on peut apprendre plus facilement sous hypnose ?

A ce jour, il n’y a aucune preuve scientifique que cela soit possible. Les travaux scientifiques apportent même une réponse largement négative à cette question. Dommage. Par contre, une bonne psychothérapie, la plupart du temps sans hypnose, pourra aider certaines personnes à mieux s’organiser, à être moins stressées, à se concentrer plus longtemps sur les choses à apprendre, à utiliser des méthodes d’apprentissage plus efficaces, à acquérir des astuces mnémotechniques. Les travaux en pédagogie et en psychologie sont nombreux en ce domaine.

Est-ce que l’on peut parler une langue étrangère sous hypnose ?

Oui et non. Si vous êtes bilingue, en état de transe, il est possible de vous faire passer facilement d’une langue à l’autre. On peut aussi, pour quelque chose de plus ludique, vous faire croire que vous parler une langue étrangère sous hypnose, ce qui peut donner des choses assez drôles parfois, mais en aucun cas, vous serez capable de parler une langue que vous ne connaissez pas sous hypnose.

Est-ce que l’on peut révéler ses secrets sous hypnose ?

Clairement non. Tout comme on ne se jettera pas du cinquième étage sous hypnose. En spectacle, on peut suggérer à la personne : « maintenant vous ne direz plus que la vérité », et elle ne dira plus que la vérité, mais si une question qu’on lui pose relève d’un secret qu’elle veut garder, alors soit elle sortira de transe, se taira, répondra autrement, voire, elle mentira. Encore une fois, sous hypnose, la personne fais des choses acceptables pour elle. Pour exemple, l’amnésie est quelque chose d’assez simple à suggérer sous hypnose, vous pouvez dire à quelqu’un : « maintenant vous oubliez le nom de vos enfants », dans certains cas, momentanément, la personne n’aura plus accès dans sa mémoire au nom de ses enfants, dans d’autres cas, ça ne fonctionnera pas, alors que la personne oubliera le nom de la ville dans laquelle elle se trouve sans aucun problème. Tout dépend de l’importance que l’on accorde à oublier, même pour un temps très court, le nom de ses enfants. Pour certains c’est inacceptable, ils ne le feront pas, pour d’autres c’est drôle, ils le feront. L’hypnotisé a toujours le contrôle. Imaginer, s’il était possible de révéler ses secrets sous hypnose comment les tribunaux se passeraient du « je jure de dire toute la vérité, rien que la vérité » ou des choses de ce genre. On hypnotiserait les gens et les affaires seraient vite résolues. Les détecteurs de mensonge (oui, ça existe), ne fonctionnent pas vraiment comme on l’entend, l’hypnose non plus.

J’entends la question qui suit normalement : « Même si l’hypnotiseur est très doué ? ». Un hypnotiseur très doué, qui travaille sa suggestion ira peut-être un peu plus loin qu’un autre, mais personne ne se jeter du cinquième étage pour lui, et personne ne révélera ce qu’il ne veut pas révéler. Maintenant, n’oublions pas que dans ce blog nous parlons d’hypnose et de TCC, donc de l’utilisation de l’hypnose dans le cadre d’une psychothérapie, dans le cadre d’une interaction de confiance entre une psychothérapeute et son patient. Dans ce cadre, il est souvent question pour le patient de révéler des secrets. Si on ne se confie pas à son psy, dans cette relation mutuelle de confiance et de secret partagé, à qui le fait-on ? Alors, peut-être que dans ce cadre, parfois, sans que cela ne soit rechercher un secret sort lors d’une séance d’hypnose, mais dans ce cadre uniquement, avec en fait, l’accord du patient, la neutralité, la bienveillance et le respect du secret du psychothérapeute. Dans ce cadre, où généralement, les gens se livrent, finissent par se décharger (parfois très rapidement) du poids de leurs secrets.

Est-ce que l’on dort vraiment sous hypnose ?

Clairement non. L’état d’hypnose est un état de conscience modifié comme le sommeil, mais sans réel rapport au niveau neurologique et attentionnel. Cette idée tenace chez certain quant à l’hypnose vient du fait que l’on utilise encore souvent le mot « dors » lors des induction de transe hypnotique. Si l’on utilise ce mot c’est pour une question historique, car au début de l’étude fondée et de la description de l’hypnose on parlait d’une sommeil naturel et d’un sommeil hypnotique. Il est vrai que la transe peut, sous certains aspects ressembler au sommeil. Les personnes sont détendues, leurs yeux sont clos, parfois on les voient mêmes bouger sous les paupières comme dans les phases paradoxales du sommeil, leurs muscles ne les portent plus, etc. Rappelons nous seulement que les danses tribales amènent aussi à l’état de transe, et que tous cela n’apparait pas en état de transe provoqué par une danse tribale, qui ne ressemble pas du tout au sommeil. Rappelons aussi que les états de transe peuvent être provoqués sans que la personne hypnotisée ne ferment les yeux, tandis qu’elle garde ses interactions avec les autres, sans mêmes d’incohérence de sa part.

Est-ce que l’on peut guérir sous hypnose ?

« Guérir ». Le terme serait déjà à définir clairement pour pouvoir répondre à cette question. Considérons donc simplement que non, on ne guérit pas sous hypnose. Déjà, si l’on parle d’un rhume, d’une carie dentaire, d’un cancer, il n’est même pas imaginable d’en guérir sous hypnose. L’hypnose peut aider à gérer les douleurs et les incidences psychologiques de pathologies organiques, mais ne soigne pas les pathologies organiques. Toute personne prétendant le contraire ferait preuve de charlatanisme. En ce qui concerne les affections psychiatriques, d’une part on n’en guérit pas obligatoirement, parfois on apprend juste à profiter de la vie malgré elles, ou avec elles, et d’autres part, encore une fois l’hypnose n’est pas la voie de la guérison. S’il est question d’une guérison, elle sera le fait de l’ensemble d’une prise en charge, d’un travail et d’efforts du patient. Dans l’ensemble de la prise en charge, l’hypnose pourra avoir sa place. Parfois ce pourra être l’un des leviers importants.

Est-ce que l’on peut jeter des mauvaise sorts sous hypnose ?

Oui, et le mauvais sort qui fonctionne le plus est de rendre les gens stériles ainsi que leur descendants sur cinq générations. Le sort est stupide, mais on peut le jeter, le problème est qu’il ne fonctionne pas, parce que rien, ni l’hypnose ni autre chose ne permet de faire en sorte qu’un mauvais sort ne fonctionne. Du moins, pas à notre connaissance, ni à celle de la science.

Combien de temps dure l’hypnose ?

L’effet hypnotique, selon la psychothérapeute, selon la patiente, selon la profondeur de la transe peut perdurer de quelques minutes à quelques heures, parfois plus d’une journée, alors que la sortie de transe a été effectuée.

Une séance d’hypnose thérapeutique à proprement parler dure entre 30 minutes et une heure.

Une personne dans la transe est maintenue peut rester sous l’effet hypnotique plusieurs heures durant.

Les suggestions hypnotiques peuvent avoir un effet plusieurs jours, voire plusieurs semaines, voire plusieurs années, mais est-ce que c’est encore l’effet direct des suggestions qui est en cause ou les changements de comportements de la personnes hypnotisée, est-ce que c’est sa nouvelle façon d’appréhender les choses qui s’est juste installée ? Pour répondre à cette question en TCC, on va considérer qu’effectivement, l’hypnose a eu des effets et que ces effets demeurent parce que l’hypnose a permis de nouveaux apprentissages. En TCC, c’est d’abord les changements comportementaux qui sont visés (même lorsque l’on parle de restructuration cognitive), et pour tout changement comportemental, il faut un apprentissage. L’hypnose peut favoriser cet apprentissage, mais ensuite ce sont les effets de l’apprentissage en lui même dont on voit les répercussions, pas les effets directs de l’hypnose.

Est-ce que l’on peut hypnotiser à distance ?

Oui, il n’est pas nécessaire d’être en chair et en os devant quelqu’un pour l’hypnotiser, ni même de le voir. Un simple téléphone permet donc de faire de l’hypnose, mais c’est pas bien. Pourquoi ? Parce que c’est risqué, qu’il faut prendre de nombreuses précautions et que l’on ne peut pas maîtriser tout ce qui se passe. Il faut prévoir ce qui se passe si le patient est en transe et que la communication est coupée. Ca se prévoit, mais à quoi bon. Il faut être certain que la personne ne va pas tomber sous l’effet de l’hypnose. On peut bien entendu lui dire de faire la séance bien calée dans un fauteuil, voire allongée par terre entre des coussins, auquel cas aucun risque de chute, mais si elle réagit mal à la séance ? Alors oui, c’est possible et certains le proposent mais il y a toujours des risques. A quoi bon prendre des risques.

Comment savoir qui est un bon hypnothérapeute ?

Vérifiez qu’il soit bien formé en hypnose et en psychothérapie, si possible en TCC. Ecoutez sa façon de vous présenter l’hypnose, si pour lui c’est la solution « miracle », méfiez-vous. Encore une fois, l’hypnose ne dispense pas du travail sur soi, des efforts de changements de comportements, des expositions, des modifications d’habitudes de pensées, etc. que la patiente va devoir faire. Ça aide, c’est tout.

Est-ce que l’hypnose ce n’est pas comme l’EMDR ou la pleine conscience ?

Difficile d’entrer dans ce débat sans développements interminables. D’aucuns diront que l’EMDR et la pleine conscience reposent uniquement sur des phénomènes hypnotiques plus ou moins poussés. D’autres nieront toute ressemblance entre les méthodes, inventant même parfois des arguments neurologiques pour différencier les techniques. D’un autre côté, sur un autre plan de réponse, on pourrait dire quoi qu’il arrive que oui, c’est la même chose, des outils qui peuvent aider à la thérapie mais qui ne sont pas suffisant en eux-mêmes. Que chacun fasse les expériences qui lui semblent pouvoir l’aider, qu’il en tire profit ou non, qu’il avance à son rythme, selon ses choix vers un changement.

Est-ce que je pourrais faire tomber quelqu’un amoureux de moi sous hypnose ?

Oui, clairement, sous hypnose on arrive à faire tomber amoureux d’une boite d’allumettes si les conditions sont réunies, mais cela ne dure que quelques minutes, fait rire les spectateurs mais très peu la personne hypnotisée. De plus, vous seriez sans doute une personne pas très honnête ou respectable si vous vouliez utiliser l’hypnose pour arriver à vos fins, ce serait comme utiliser du GHB. Si vraiment vous voulez que quelqu’un tombe amoureux de vous, commencez par être une meilleure personne et ne cherchez plus des solutions de facilité, apprenez à être gentil, serviable, compréhensif, considérer vos défauts et vos qualités…. enfin, dîtes vous qu’il y a sûrement plein de gens qui peuvent tomber amoureux de vous dans ce monde, soyez ouvert, souriez, elles finiront par vous remarquer. Considérez aussi que si une personne ne veut pas que cela se passe, elle ne veut pas que cela se passe, et puis c’est tout. Vous savez, l’amitié, réelle est sincère, c’est bien aussi entre deux personnes.

Est-ce que l’on peut faire des expériences de sorties corporelles sous hypnose ?

Non, on peut faire croire a quelqu’un qu’il fait cette expérience, mais un test simple permet de démontrer qu’elle ne la fait pas. On provoque une transe, on suggère la sortie corporelle, on demande à la personne hypnotisé de venir lire le message qu’elle ne peut pas voir qui est inscrit dans votre dos, et de lire le message qu’elle peut voir qui est inscrit devant elle. Elle se prononcera sur les deux messages si la transe à fonctionner, elle pourra même en sortie de transe avoir l’impression d’avoir réellement évoluée en dehors de son corps, mais elle se trompera sur le message inscrit dans votre dos alors qu’elle ne se trompera pas sur le message inscrit devant elle. Plusieurs hypnotiseurs de spectacle tenter l’expérience à maintes reprises, soit pour prouver que c’était impossible, soit en espérant trouver le moyen de rendre cela possible. A ce jour il semble qu’aucun n’ait réussi.

Est-ce que l’hypnose ne fonctionne pas mieux sur les personnes qui ne sont pas très intelligentes ?

Rappelons d’abord que tout le monde est hypnotisable, parce que tout le monde a un cerveau. Ensuite répondons, non, l’intelligence n’a rien à voir, ni avec le fait d’être hypnotisable, ni avec le fait que la technique soit plus ou moins efficace. Le niveau d’études, l’intelligence, l’origine sociale, l’origine ethnique, etc. ne changent rien. A la limite, et cela semblera donc contre-intuitif, les personnes plus intelligentes, même si cela ne veut rien dire, lorsqu’il y a résistances, seront plus rapide à lever leurs résistances, sûrement parce qu’elles accepteront plus facilement les arguments scientifiques rassurants. Ceci ne reste qu’une impression clinique.

Est-ce qu’il n’existe pas des profils de personnalité qui facilitent l’hypnose ?

La réponse devrait être non, toutefois il est clair que les personnes avec un type même juste un peu schizotypique sont plus enclines à tenter l’expérience de l’hypnose en thérapie. Charcot, si l’on traduit sa pensée en termes actuels, supposait que les personnalités histrioniques étaient plus facilement hypnotisables. Les personnes avec de bonnes capacités d’imagerie mentale sont aussi plus facilement hypnotisables. D’un autre côté, les vieux ronchons, les toujours septiques, les gens qui détestent accepter de perdre le contrôle, auront plus de difficultés à accepter d’être hypnotisés et se feront un plaisir de prouver que cela ne peut pas fonctionner avec eux. Cela vaut aussi pour les vieilles ronchonnes bien évidement.

Ce qui est plus remarquable, est plutôt que le style dans la pratique de l’hypnose du psychothérapeute, voire sa personnalité, va faire qu’il sera plus efficace dans les inductions avec des personnes ayant certains traits de personnalité. L’hypnose, pour ne pas dire la psychothérapie, est une rencontre entre deux personnes, c’est toute la question de l’alliance d’ailleurs, il est donc évident que des interactions soient facilités selon la personnalité de chacun.

J’ai été hypnotisée et le lendemain je ne me sentais pas bien, c’est normal ?

Est-ce que cela correspond à la norme ? Non, dans presque tous les cas la personne hypnotisée, pour le peu que l’hypnotiseuse l’ai agi en respectant quelques principes assez simples et en utilisant des routines comme celles de l’hypnose en TCC, se sent détendue après une séance. Cet effet de détente peut même s’étendre sur quelques heures, voire une bonne journée. Par contre, normal dans le sens « ça arrive », oui. Parfois, quelques heures après une séance d’hypnose, il est possible d’avoir des sensations désagréables, un effet secondaire qui arrive alors même que la séance s’est très bien déroulée. Cela reste tout de même assez rare et les sensations sont très diffuses.

Peut-on hypnotiser des gens sans qu’ils ne s’en aperçoivent ?

Dans la vision globale de l’hypnose, oui, dans le sens où il est possible d’amener à accepter des suggestions, voire de provoquer des transes, alors que la personne n’a pas donné son accord pour tenter quoi que ce soit. Cela nécessite tout de même une interaction avec l’autre, d’une manière ou d’une autre. Cela concerne plutôt une pratique roublarde et très peu éthique de l’hypnose. Cela nécessite des techniques hypnotiques particulières, une maîtrise de ces techniques assez poussées, un entraînement important, et cela ne fonctionne que très rarement. Autant dire que seulement quelques personnes en sont capables, que parmi celles qui en sont capables très peu tentent de le faire, et que quand elles tentent de le faire, elles se foirent plus d’une fois sur deux, au bas mot. Donc en gros oui, mais ça n’arrive quasiment jamais.

Dans la pratique moins large de l’hypnose conversationnelle, cela peut arriver plus souvent et l’on peut même dire que des personnes le font sans même savoir qu’elle le font.

Est-ce que l’hypnose fonctionne chez les enfants ?

Plus que chez les adultes. Les enfants ont cette chance de pouvoir basculer dans un état ou l’imagination a toute sa place. Quand un adulte lève un bras au ciel en disant « Je suis Superman », il n’y croit pas, et au mieux il fait une sorte de blague. Quand un enfant le fait, il se voit s’envoler au dessus des maisons, il y croit en partie, il est Superman. L’hypnose agit en faisant appel à l’imagination, les enfants en sont largement pourvu.

A partir de quel âge un enfant peut-être l’hypnotisé ?

Cela dépend du développement de l’enfant, des représentations qu’il peut avoir, de sa compréhension des choses et de bien des facteurs. Il y a aussi des questions quant à l’interprétation des signes du phénomène hypnotique chez l’enfant. Par exemple, il n’est par rare qu’un enfant fasse juste semblant d’être hypnotisé pour jouer, pour faire plaisir. Considérons de manière générale qu’avant cinq ou six ans, c’est presque impossible. Après six ou sept ans, il n’y a pas de raisons pour qu’un enfant ne soit pas hypnotisable qui ne concerne pas les adultes aussi.

L’hypnose de l’enfant est-elle différente de l’hypnose de l’adulte ?

Le phénomène hypnotique est le même, la pratique est un peu différente. Les enfants ont besoin d’un langage adapté. Le pré-talk ne va pas être le même, les techniques d’induction seront aussi quelque peu différentes, les exercices devront aussi être repensés. Il est évident qu’un enfant ne va pas comprendre une métaphore comme un adulte, qu’il ne va pas puisse dans le même registre de l’imaginaire. Il est évident aussi qu’un enfant n’est pas obligatoirement familiarisé avec l’hypnose elle-même, souvent, avant au moins dix ans, il demandera « C’est quoi ? », au mieux il se souviendra d’un dessin-animé ou l’hypnose est utilisée par les méchants, ce qui ne va pas être très facilitateur. Après ses dix ans, il en a entendu parlé, il sait dans les grandes lignes ce que cela peut-être. Par expérience, on pourra aussi dire que les enfants, s’ils ont moins de doutes ont beaucoup plus de questions, d’où le besoin d’un discours d’introduction plus long, plus explicatif. Une des grandes questions des enfants que les adultes posent rarement sera : « Tu peux m’apprendre à le faire ? C’est juste pour que je fasse faire le canard à mes copains ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *