Ethique et précautions d’usage

Cet article connaîtra bien des évolutions, pensez à y revenir de temps en temps.

Bien entendu, rien dans ce qui suit ne se substitue à la loi, de ce fait il n’y aura pas, par exemple, de grandes réflexions sur le secret professionnel qui est clairement défini dans la loi et sur lequel beaucoup de centres de formations reviennent en affirmant par exemple que les hypnothérapeutes sont soumis au secret professionnel, alors que selon leur profession et leur lieu d’exercice, ils n’y sont pas soumis, et en plus ne peuvent se vanter de l’être sous peine de poursuites. De ce fait, il ne s’agit pas d’essayer de créer un pseudo-code de déontologie sans légitimité et de faire croire le contraire, mais d’insister sur quelques aspects éthiques auxquels, nous espérons que toute personne formée en Hypnose et TCC fera référence et qu’elle saura considérer comme intégrant ses propres valeurs.

N’oublions pas que les formations Hypnose et TCC ne sont ouvertes qu’aux psychothérapeutes tels que reconnus par la loi, aux psychologues, aux médecins de toutes spécialités et aux dentistes. Chacune des ces professions est déjà encadrée, nous n’apportons donc ici que des précisions concernant l’hypnose, quelques règles qui paraissent justes et normales. De ce fait, sans supercherie, nous ne réclamons aucune signature en bas d’un papier sans valeur légale, mais nous faisons appel au sens éthique de chaque personne formée en Hypnose et TCC.

  1. L’hypnose en TCC ne sera utilisée que dans l’intérêt du patient.
  2. Le/la psychothérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive veillera toujours à s’assurer du consentement libre et éclairé des patient.es, à la fois avant d’utiliser l’hypnose et lors d’exercices spécifiques. Si les patient.es sont mineurs.es ou sous tutelle, il s’assurera en premier lieu du consentement libre et éclairé de ces patient.es, mais aussi de celui de leur.s parents ou représentant.es légaux.ales.
  3. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive veillera à augmenter par sa pratique de l’hypnose l’autonomie de ses patient.es. En ce sens, il veillera à n’instaurer aucun lien de dépendance et saura mettre fin aux rencontres avec les patient.es si ceux-ci n’en ont plus besoin et n’en formulent plus la demande.
  4. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive utilisera l’hypnose comme un outil dans sa pratique, en ce sens, les séances d’hypnose ne sauraient être gratifiées de manière différente de toute autres séances de prise en charge sans hypnose.
  5. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive observera la plus grande prudence lors de l’utilisation de l’hypnose avec des patient.e.s connaissant déjà un état de conscience modifié (ex : alcoolisation, prise de stupéfiants, dissociation, troubles psychotiques…).
  6. Lors de la pratique de l’hypnose, le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive veillera à suggérer des sensations de bien-être au/à la patient.e et s’assurera systématiquement en fin de séance que le/la patient.e ne conserve aucune sensation désagréable provoquée par la dite séance d’hypnose.
  7. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive prendra toujours le temps d’une anamnèse construite, d’un diagnostic différentiel, d’une réflexion sur la demande du/de la patient.e, et d’une analyse fonctionnelle avant d’envisager l’utilisation de l’hypnose dans le cadre de ses projections thérapeutiques. Il/elle ne considérera pas l’hypnose comme une solution de facilité.
  8. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive ne présentera jamais l’hypnose comme une technique magique ou miraculeuse. Il/elle en définira les limites et fera références aux connaissances scientifiques pour éviter de faire volontairement ou involontairement de fausses promesses.
  9. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive saura limiter sa pratique aux champs de sa profession et en fonction des ses formations antérieures.
  10. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive soutiendra la nécessité d’une formation adéquate auprès de ses collègues cherchant des compétences en ce domaine.
  11. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive n’enseignera pas ses techniques à des personnes n’ayant pas les pré-requis nécessaires pour en comprendre pleinement l’usage.
  12. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive attendra d’avoir une expérience probante, et de maîtriser les concepts théoriques avant de former ses collègues à ses techniques d’hypnose.
  13. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive se fera supervisé dans sa pratique et cherchera à l’améliorer en se renseignant sur les avancées de la recherche dans le domaine et en suivant, si nécessaire, des formations supplémentaires.
  14. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive ne fera pas de sa pratique en hypnose sa publicité première et saura expliquer que l’hypnose n’est que l’un des outils, qu’il est à même d’utiliser pour aider la progression de certain.e.s patient.e.s vers des comportements plus adaptés et entrainant moins de souffrance psychique.
  15. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive s’assura de toujours pratiquer l’hypnose dans un environnement et des conditions adéquates, qui permettent entre autres, de garantir l’intégrité psychique et physique de ses patients.
  16. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive, lorsqu’il communiquera publiquement sur sa pratique et ses techniques, veillera à le faire en mettant en avant les critères scientifiques du domaine, en limitant les possibilités des pratiques de l’hypnose, en insistant sur la nécessité de consulter une personne formée, en évitant de laisser entendre toute possibilité de dérive vers une vision magique de l’hypnose.
  17. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive lorsqu’il/elle sera amené à pratiquer l’hypnose dans une forme ludique pour des démonstrations ou simplement le divertissement, saura le faire en respectant les points de tous les articles précédents. Il ne confondra pas le divertissement et la thérapie et n’utilisera pas l’hypnose de manière confuse à ce sujet. Il saura limiter les exercices aux simples divertissements dans le respect des personnes hypnotisées. Il aura toujours à l’esprit que l’amusement de la personne hypnotisée est son seul objectif et ne cédera pas au désir de répondre aux demandes de spectacle du public éventuel. Il/elle n’utilisera pas le divertissement pour faire la promotion directe de son activité professionnelle, mais profitera de toute occasion pour informer le public des conditions d’une hypnose thérapeute comme définie dans ces chapitres.
  18. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive n’utilisera jamais l’hypnose à des fins quelconques d’endoctrinement ou de prosélytisme.
  19. Le/la thérapeute en Hypnose Comportementale et Cognitive n’utilisera jamais l’hypnose dans le but d’induire des comportements qui nuiraient à l’intégrité d’autrui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *